Faisceau développe des sites simples, clairs, efficaces et facile à animer en utilisant la plateforme la plus utilisée dans le monde : wordpress.

Les personnes membres des associations ou des entreprises clientes de faisceau peuvent se connecter à la console d’administration de leur site, inscrire leurs identifiants et rédiger des articles.

Ci-dessous les principes de publication et les conseils pour animer un site avec talent !

Se connecter à WordPress

Rendez-vous à la page de connexion du site, reçue de faisceau (en général l’adresse est « votresite.ch/wp-admin »

Créer un nouvel article

Une fois que vous avez accédé à l’interface d’administration de WordPress, faites passer votre souris sur la section Articles dans le menu latéral de gauche et cliquez sur Ajouter. Vous pouvez aussi glisser votre souris sur l’onglet Créer du menu se situant en haut de la page et sélectionner Article.

Note: afin d’être attrayante, une nouvelle doit contenir un minimum de contenu, soit environ de 300 à 600 mots. Elle peut être plus courte, particulièrement si elle renvoie à une autre page ou un document, mais il est quand même important d’en donner une bonne introduction afin que les visiteurs sachent de quoi il en retourne. D’autre part, un texte suffisamment explicite et bien structuré renforcera le positionnement de la nouvelle sur les moteurs de recherche.

Choisir un titre

Choisissez un titre évocateur pour votre nouvelle, soit un titre qui résume ce dont vous parlez et qui en contienne le ou les mots-clés principaux. Pensez au fait que des lecteurs qui ne connaissent pas le sujet du site vont voir ce titre, parmi les autres articles : indiquez la nature de l’article, s’agit-il d’une parution, une invitation, un compte-rendu ?

Choisir une catégorie

Dans la case prévue à cet effet se trouvant dans la barre latérale à droite de l’écran, sélectionnez la catégorie qui convient pour votre article. Par défaut, les nouveaux articles sont considérés comme des actualités. S’il s’agit plutôt d’une offre d’emploi ou d’invitation par exemple, veuillez décocher la case Nouvelles et cocher la case appropriée (Invitation ou Offres d’emploi).

Ajouter une image à la une

Il est important de mettre une image à la une. Celle-ci doit être en format paysage. Pour ajouter une image à la une, il faut simplement cliquer sur Définir l’image (parfois indiquée en anglais « Set featured image ») mise en avant dans la dernière case du menu latéral de droite. Une fenêtre contextuelle s’ouvrira alors et vous permettra d’ajouter une image à partir de votre ordinateur. Celle-ci devra être en format JPG, GIF ou PNG. Évitez le plus possible d’utiliser une affiche contenant du texte puisque celui-ci risque d’être illisible.

Note: si vous n’avez d’image précise à mettre à la une, laissez l’article sans image. Une image adaptée sera ajoutée par le webmaster, durant la prochaine révision du site. 

Mettre en forme son contenu

Voici quelques principes de base concernant le contenu de votre article et sa mise en forme. Il vous est possible d’écrire directement dans WordPress, ou encore de copier votre texte à partir d’un éditeur de texte (ex: Word). Il est cependant important de débarrasser le texte de sa mise en forme originale et de reproduire celle-ci à même WordPress.

Pour ce faire, cliquez d’abord sur ce bouton de la barre d’outils afin de retirer sa mise en forme au texte que vous vous apprêtez à « coller » dans la fenêtre:

 

Collez ensuite votre texte dans la fenêtre. Assurez-vous ensuite que les sauts de paragraphes sont conformes à votre texte original. Vous pouvez facilement recréer les sauts de paragraphes en les effaçant puis en faisant un « retour ».

IMPORTANT: il ne faut pas mettre une image qui contienne le texte que vous voulez publier. Certains organismes fonctionnent ainsi pour faire leurs affiches, mais il s’agit d’une très mauvaise pratique en termes de publication web.

Paragraphe d’introduction

Il s’agit de l’amorce de votre article. Celle-ci doit idéalement en évoquer les grands traits et donner une bonne idée de ce qui suit de sorte à susciter l’intérêt du lecteur (le Qui, le Quoi, le Comment, etc.). C’est également cette partie qui sera reprise en exergue et visible sur la page d’accueil.

Sous-titres

Il importe de subdiviser votre article avec des sous-titres de façon à en faciliter la lecture. Il importe également d’utiliser les outils de mise en forme de WordPress pour identifier vos sous-titres au lieu de seulement mettre les mots en gras et d’en grossir la police de caractère. Non seulement cela permet-il de les imbriquer les uns dans les autres (il existe 6 classes de sous-titres), mais cela les fait également ressortir aux yeux des moteurs de recherche.

Pour identifier un sous-titre, vous n’avez qu’à sélectionner les mots qui le composent et sélectionner ensuite, dans le menu déroulant de la barre d’outils, la classe de sous-titre que vous souhaitez lui apposer:

 

Le titre d’un article est par défaut de classe 1; les sous-titres qui s’imbriquent ensuite dans le corps du texte sont donc de classe 2 à 6. Attention, les sous-titres d’égale importance (de même niveau) seront, par exemple, de même classe (ex: 2). Dans ce cas, ce sont les sous-sections d’un sous-titre qui seront de classe 3 (et ainsi de suite).

Mise en forme du texte

Le même principe s’applique à la mise en forme du texte que pour les sous-titres, à savoir qu’il importe d’utiliser les boutons de mise en forme de WordPress. Ceux-ci permettent d’insérer du gras (1), de l’italique (2), des listes à puces (3) ou à numéros (4) (il importe d’utiliser ces boutons et non de faire ces listes manuellement avec des tirets), de mettre du texte en exergue (5) ou encore d’aligner le texte à gauche, au centre ou à droite (6).

 

Insérer un lien

Comme un texte sur le Web n’est pas qu’un texte, mais aussi un hypertexte, il est utile d’y insérer quelques liens (pourvu qu’ils soient pertinents) :

Pour insérer un lien sur un mot, vous n’avez qu’à sélectionner celui-ci puis à cliquer sur la petite chaîne dans la barre d’outils (voir l’image ci-dessous). Dans la fenêtre qui s’ouvre alors, vous entrez d’abord l’adresse de la page vers laquelle vous pointez (que ce soit sur votre site ou un autre).

 

Notez qu’il est possible de faire en sorte que le lien s’ouvre dans une nouvelle fenêtre (par défaut, il s’ouvrira cependant dans la fenêtre courante). Pour ce faire, vous n’avez qu’à cocher la case à cet effet dans la fenêtre du lien. Voici la règle générale à cet égard :

Insérer une image

Tout d’abord, positionnez votre curseur à l’endroit où vous voulez insérer l’image. Cliquez ensuite sur la boîte « Ajouter un média » située en haut à gauche de l’éditeur de la page.

 

Dans la boîte de dialogue qui s’ouvre alors, vous sélectionnez, sur votre ordinateur, le fichier graphique que vous souhaitez mettre en ligne. Une fois le fichier téléchargé, un nouvel écran s’affiche qui vous montre tous les fichiers de votre bibliothèque de médias et qui vous permet de configurer, dans la section située à droite de votre écran, la façon dont l’image s’affichera dans la page.

Le premier élément dont il faut tenir compte, d’autant que c’est celui qui est le plus souvent négligé, est le texte alternatif de l’image. Cet élément est important pour deux raisons: d’abord, il permet aux personnes utilisant un logiciel de reconnaissance de texte (par exemple les personnes non voyantes) de savoir ce que contient l’image; ensuite, il permet aux moteurs de recherche d’indexer l’image en fonction de ce qu’elle représente, ce qui pourra générer davantage de trafic sur votre site.

La première boîte de cette section permet d’entrer un titre pour l’image, lequel s’affichera lorsque la souris du visiteur survolera l’image. La seconde boîte de cette section permet quant à elle d’entrer une légende pour l’image, laquelle s’affichera dans une bordure qui apparaîtra en dessous de l’image.

La section se situant en dessous ce ces éléments permet, de son côté, de contrôler l’affichage de l’image. Voici la description des options disponibles:

Insérer un fichier

Simplement suivre la même procédure que pour une image! Vous pouvez ainsi insérer un pdf par exemple, pour reprendre une invitation ou un flyer.

 

Bien rédiger un article

Plusieurs éléments caractérisent le texte diffusé sur le Web qui le différencient du texte diffusé sur papier:

Une lecture différente

L’écran instaure un rapport cognitif au texte qui est différent de celui du papier. Ainsi, des études récentes ont démontré que la lecture à l’écran diminue sensiblement la capacité de rétention de l’information. L’oeil a davantage tendance à « scanner » l’écran qu’une page de papier, qui est plus favorable à une lecture appliquée, par exemple pour un sujet complexe demandant un long développement.

À cet égard, des études de biométrie ont démontré que la lecture à l’écran suit généralement un schéma en forme de « F », où l’oeil s’attarde sur les premières lignes d’une page pour ensuite la défiler en ne prêtant véritablement attention qu’aux sous-titres ou aux éléments visuels distinctifs (liens, listes à puces, images, etc.).

Éléments de bonnes pratiques pour l’écriture Web

Avec ces balises en tête, il est possible de dégager quelques éléments de mise en page Web qui favoriseront la rétention du message par les visiteurs. En plus de servir de repères visuels pour les informations les plus importantes, ces éléments de mise en page favorisent également le positionnement dans les moteurs de recherche, pourvu qu’ils soient correctement codés.

Il est donc primordial d’utiliser les boutons de mise en forme du texte dans l’interface WordPress (ou de coder directement les éléments en HTML) pour que les moteurs de recherche les remarquent: ceux-ci se fondent sur les balises HTML et les métadonnées, et non sur le seul poids visuel comme c’est le cas en typographie traditionnelle (en gros, Google ne considère pas un élément plus important parce qu’il est visuellement plus gros si cette grosseur n’est pas fonction d’une classe de sous-titre: h1, h2, h3, etc.).

Voici les éléments qui permettent d’ajouter un poids visuel et sémantique à différents éléments d’information:

Un court résumé du contenu de la page au haut de celle-ci permet également aux visiteurs d’en saisir rapidement et favorisera une lecture plus approfondie chez les intéressés. Quant à eux, les mots-clés relatifs à ce contenu permettront à la fois une navigation par thème au sein du site et un meilleur positionnement dans les moteurs de recherche.

Typiquement, la longueur la plus appropriée pour un article sera de 600 à 800 mots, soit assez long pour contenir de l’information pertinente et fouillée, mais assez court pour ne pas faire décrocher les lecteurs numériques…

Le ton le plus approprié sera généralement simple et direct: l’écran n’est peut-être pas le meilleur média pour véhiculer une pensée complexe qui implique beaucoup d’explications (c’est le propre du livre, il faut simplement distinguer les médias et les utiliser chacun selon ses forces). L’information doit primer et, lorsqu’on veut élaborer, un ton plus intimiste, proche de l’histoire (storytelling), sera plus attrayant que la longue et laborieuse démonstration logique…

Dans le même ordre d’idées, les images peuvent être de puissants aimants d’attention, pourvu qu’elles soient significatives: les publicitaires ont appris à leur dépends qu’une image trop léchée et visiblement destinée au marketing passe sous le radar de la plupart des gens qui, justement, détectent souvent inconsciemment les éléments de publicité et les ignorent.

En clair: faites simple, efficace et attrayant (mais sans pousser la note)… Soyez vivants!

Crédit : adapté des guides publiés par le Centre de publication centre-sud

Share This